Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 09:19

 

 

                         CUBA: INFORMATIONS GENERALES ET PRATIQUES

Le plus important pour comprendre quelque chose à ce pays c'est de partir l'esprit vierge, d'oublier tout ce qu'on en raconte, de comprendre avant tout que vous n'êtes pas en Europe, que l'histoire de Cuba n'est pas celle de la Belgique ni de la France et que la mentalité est très différente de la vôtre même si parfois vous sentirez que les cultures ont certaines racines communes. Ne pas juger ni se faire une idée hâtive. Ce n'est pas en 15 jours qu'on peut appréhender toutes les nuances d'un pays aussi complexe ni apprendre à comprendre une culture aussi riche dans tous les domaines.
 
Humilité, et encore humilité, vous n'êtes pas celui qui va apporter “LA” vérité simplement vous essayez de comprendre avec intelligence et en écoutant vraiment les gens. Prudence et encore prudence dans vos jugements, les interprétations fantaisistes sont là prêtes à vous assaillir dès que baisse la vigilance, c’est que la répétition de clichés finit par en faire pour vous une vérité, c’est le but … et ça marche je peux vous le garantir.
 
Nuances et encore nuances, on essaie de nous programmer pour nous faire voir le monde en bons et en méchants, mais la réalité d’ici et de là bas est bien différente.
Ce ne sont pas nécessairement ceux qui vont vous aborder dans la rue en voyant passer un touriste, qui vous donneront les meilleures clés. Il faut savoir que comme dans la plupart des pays pauvres du monde le touriste est vu par certains comme celui qui peut lui apporter des avantages. On lui raconte n'importe quoi pour essayer de lui soutirer quelque chose et c'est d'autant plus facile que beaucoup de touristes sont pleins de préjugés et tombent dans le panneau très facilement. Qui ne donnerait pas un peu de sous à une maman qui dit avoir besoin de lait pour son enfant? Si vous saviez que le lait est garanti à tous les enfants de moins de 7 ans vous ne vous feriez pas rouler dans la farine! 

  
Si vous partez l’esprit vierge et vous débarrassez des préjugés, que vous abordez cette nouvelle réalité  avec respect et intelligence vous trouverez sans doute quelques clés pour apprendre à connaître et comprendre peu à peu cette société, une société humaine tout simplement avec ses qualités et ses défauts.
 
Pour vous certainement un autre monde, d’autres valeurs. Un monde où la plupart des gens se traitent avec amabilité, chaleur humaine, solidarité, même si la terrible crise des années 90 à un peu érodé ces valeurs elles restent présentes.
 
Un monde de bonheur pour les artistes quelque soit leur spécialité.
Musique (en tous genres, Classique, jazz, chanson (Nueva Trova) traditionnelle, rumba, boléro, rap, Hip hop ...) De très bons peintres, des ballets classiques modernes, traditionnels, une littérature très riche, du théâtre, du cinéma, il y en a vraiment pour tous les goûts et les écoles d'art forment des artistes de très haut niveau malgré le peu de moyens.   
 
Un pays du tiers monde plein de problèmes qui depuis 50 ans subit les assauts d’un des blocus les plus durs et tenaces qui ont existés dans le monde. Un blocus régulièrement condamné  par un vote annuel à  l’ONU et toujours en application sous la présidence d’Obama, encore aujourd'hui après le rétablissement des liens diplomatiques .

Une nation qui cherche des solutions propres, parfois couronnées de grands succès et parfois aussi de gros échecs.
 
Une volonté farouche d’indépendance, de justice sociale. Un pays toujours sur la défensive, les raisons ne manquent pas. De nombreux attentats terroristes ont fait des milliers de victimes dès le début de la révolution, des jeunes qui partaient alphabétiser les paysans dans les campagnes assassinés par des groupes alliés à l’opposition de Miami, un avion civil abattu en plein vol avec plus de 70 passagers en 1976 (bien avant Lockerbie, mais on n'en a moins parlé), des attentats dans les hôtels. D’innombrables attentats contre la vie de Fidel de l’aveu même de la CIA. Des tentatives de déstabilisation permanentes dont les budgets sont votés ouvertement au congrès des Etats-Unis… l’opposition dont parle beaucoup nos médias (les nommés dissidents) ne représente rien à Cuba, une minorité infime qui n’a aucune popularité dans le pays, ce n’est pas moi qui le dit mais Jonathan Farrar principal représentant diplomatique des Etats-Unis à Cuba, dans le câble confidentiel 202438 du 15 avril 2009 publié par Wikileaks (Voir note-1 en bas de page).

Ceci ne veut pas dire que les gens ne sont pas critiques, ils n’arrêtent pas de critiquer haut et fort, mais une critique qui n’est pas celle qu’on vous vend dans notre presse. Les gens sont fatigués des problèmes économiques, de la difficulté à trouver parfois des produits de première nécessité, de la lourdeur de la bureaucratie, des difficultés quotidiennes. Il apparaît clairement que les cubains voudraient des changements dans le cadre même de la révolution pas en finir avec la révolution. Un grand débat a eu lieu peu après l’arrivée de Raoul à la présidence, certaines mesures ont été prisent après cette consultation, mais la marge de manœuvre est étroite vu la situation économique du pays. Difficile d’augmenter les salaires, de retrouver une seule monnaie lorsque l’on vit perpétuellement en équilibre précaire. Beaucoup partent vivre sous d’autres cieux, la grande majorité pour des problèmes économiques.
 
Il ne faut pas oublier que c’est lorsque le pays a perdu ses relations économiques avec le COMECON et a vécu la crise la plus grave de son histoire que le gouvernement des Etats-Unis a renforcé drastiquement le blocus avec l’intention d’empêcher les autres pays de faire commerce avec Cuba. C’est à ce moment qu’ont été votées les lois Torricelli et Helms Burton. Le but était d’affamer les gens, de leur rendre la vie totalement impossible pour qu’ils cessent d’appuyer le gouvernement. A cette époque tout le monde pensait que la chute de Cuba était à programmer en terme de semaines au plus de quelques mois. Il est intéressant de se poser la question de savoir pourquoi le pays à résisté.
 
Il y a tant de choses à nuancer. Une chose pour terminer, les cubains sont très fiers et détestent qu’on leur fasse la leçon, une information pas inutile je crois pour certains européens ….
 
Les gens sont très ouverts, les contacts faciles.
Bon voyage   
 

(1) Cable confidentiel 202438 du 15 avril 2009 de Jonathan Farrar (diplomate USA à Cuba)  

Malgré les moyens politiques, économiques, médiatiques et financiers mis à la disposition de l’opposition cubaine, celle-ci a toujours été coupée de toute base populaire. De plus, elle est profondément divisée et plutôt vieillissante. C’est le constat amer dressé par Jonathan D. Farrar, actuel chef de la SINA à La Havane, dans un mémorandum confidentiel du 15 avril 2009 intitulé « Les Etats-Unis et le rôle de l’opposition à Cuba », et adressé au Département d’Etat (26).

Le diplomate note tout d’abord que le président cubain Raúl Castro se trouve actuellement dans « une position d’autorité non remise en cause ». Quant au rôle de la dissidence, il est « nul » car « les groupes d’opposition sont dominés par des individus à fort ego qui ne travaillent pas ensemble ». Farrar précise que « le mouvement dissident à Cuba est vieillissant et complètement déconnecté du quotidien des Cubains ordinaires ». 

Farrar reconnaît qu’il est en contact régulier « avec la plupart du mouvement dissident officiel à La Havane », dont les membres se rendent fréquemment à la SINA. Il remarque cependant qu’« aucune preuve ne permet de montrer que les organisations dissidentes dominantes à Cuba ont une influence sur les Cubains moyens. Les sondages informels réalisés auprès des demandeurs de visa et d’asile ont montré quasiment aucune connaissance des personnalités dissidentes ou de leur agenda (28) ».

Le diplomate regrette les luttes intestines au sein des différents groupes et le manque d’unité. Son jugement est implacable : « Malgré les affirmations selon lesquels ils représentent des ‘milliers de Cubains’, nous n’avons aucune preuve d’un tel soutien, du moins en ce qui concerne La Havane où nous nous trouvons ». Il ajoute qu’« ils n’ont pas d’influence au sein de la société cubaine et n’offrent pas d’alternative politique au gouvernement de Cuba (29) ».

 
Quelques informations pratiques:
ttp://www.cuba-linda.com/association_cuba_linda.htm
 
 
Les compagnies suivantes ont des vols vers Cuba :
 
JETAIR : (2 fois par semaine) Les prix peuvent être intéressants à certaines saisons, il faut vérifier régulièrement sur le site car en haute saison ils sont aussi chers que les autres, ça peut varier entre 400 et 1400 euros.
http://www.jetairfly.com/fr/
Le vol part de Bruxelles et arrive à Varadero (une ville côtière à environ 150 km de La Havane. De là il y a un bus de Viazul pour 10 CUC  (équivalent au dollar) ou un bus de « Gaviota » plus cher 25 CUC .  Ils organisent des séjours de vacances à la plage avec vol et hôtel pour ceux qui aiment ce genre de formule.
 
CUBANA DE AVIACIÓN  Un vol part de Paris et un autre de Londres. Et arrive à La Havane
http://www.cubana.cu/home/   
Les prix, entre 600 et 900 plus ou moins   
 
AIR FRANCE (tous les jours) Entre 700 et plus de 1000

AIRE EUROPA (Espagne)
 
MARTINAIR ou la KLM Depuis Amsterdam jusqu’à La Havane, selon les saisons, entre 700 et 1000 euros environ

 

AIR CANADA

 

SWISSAIR


CONDOR Vols charters A partir de 400 euros selon les saisons.
http://www11.condor.com/tcf-fr/index.jsp?zanpid=1363944793712894976

COPA AIRLINES depuis Panama
ou d'autres compagnies latino américaines comme TAPA par exemple. Il y a aussi des vols depuis le Mexique.

 

 JETAIR (Bruxelles/Varadero)
 
N’oubliez pas qu’au départ de Cuba la taxe d’aéroport est de 25 CUC et qu’elle est à payer sur place.
 
Ce sont les principales compagnies depuis l'Europe, il y en a sans doute d’autres mais pas grand chose. N’oubliez pas que Cuba est sous blocus et peu de compagnies y vont.  Sur place, la vie du touriste est chère. Le pays a un besoin pressant de devises, pas de crédits pour acheter sur le marché international, il faut des devises pour importer.   
 
 
LOGEMENT
A la vieille Havane il y a en de superbes hôtels  mais relativement chers, le Villanueva, Ambos mundos, Santa Isabel, Inglaterra  …
 
Il y a moyen de louer chez l’habitant, à La Havane les prix chez l'habitant varient entre 15 et 25 CUC la chambre avec petit déjeuner, en province c’est plutôt 10 à 15 CUC.

 

--------------------------------------------------------------------------------

Une bonne adresse à SANTIAGO chez l'habitant

Emilio T Guerra Lara y Esperanza Machado

Bitiri 105 (Altos)

entre Taino y Padre de las casas

Reparto terraza Vista Alegre

SANTIAGO DE CUBA

Tel 641772

52996574

52400699

Mail : dby@nauta.co.cu
 -----------------------------------------------------------------------------
A La Havane, le lido, le Bruzón, (environ 25 CUC) , près de la Place de la Révolution. Pas de luxe la peinture parfois un peu écaillée, mais douche et WC dans la chambre et propre)
ou à prix raisonnables, le Vedado, le Colina, le St John, dans le quartier du Vedado (central).
En province j’ai trouvé une chambre à HANABANILLA , 22 CUC pour deux personnes, bon hôtel simple mais confortable.
 
DÉPLACEMENTS
Il existe des bus, la compagnie VIAZUL (en peso convertible) qui voyage dans les principales villes (prix en CUC)
http://www.viazul.cu/asp/reserva/Default.aspx   
 
Il existe une autre compagnie :
ASTRO (en peso cubain) qui est surtout utilisée par la population locale et il est souvent difficile de trouver des billets (il y a encore 2 monnaies même si le gouvernement à annoncé récemment que bientôt ne resterait qu’une seule monnaie).  Il existe un train qui va à Santiago partant de La Havane, c’est une expédition qui dure plus de 24 heures. Sympa mais pas pour les adeptes du grand confort.  On peut aussi louer une voiture Environs 45 euros par jour plus 15 CUC par jour à payer sur place pour l’assurance. Le prix de l’essence est un peu plus bas qu’ici mais pas beaucoup.
 
Devant la gare de ASTRO on peut aussi voyager avec une voiture/Taxi collectif. Ils faut attendre que la voiture se remplissent il en part vers diverses destinations et on paye selon la destination
 
Voyage en solo
On peut parfaitement voyager librement dans le pays,  mais c’est plus simple si on parle l’espagnol. Peu de signalisation routière, il est parfois difficile de trouver son chemin et on doit alors faire appel à ce que les cubains appellent avec humour le « guajimapa » (guaji de guajiro (paysan en cubain) et mapa (carte routière).
 
 
Transport dans les villes
Dans les villes il y a des taxis, je crois que les moins chers sont les Panataxis (souvent des Ladas) , une course normale environ 5$. Ou les taxis collectifs,(vieilles voitures des années 50) 10 pesos cubains,(1CUC = 20 pesos cubains environ)  ils ont des routes pré établies. On peut aussi circuler en Guagua (bus des transports en commun de la ville) 4 centimes de peso cubain le voyage (ça doit faire environ 1 centime d’euro même pas).
 
Question sécurité le pays est tranquille, le plus sûre d'Amérique latine, bien sûr on n'est pas à l'abris d'un vol on arrache parfois un sac. Pas de vaccin obligatoire ni conseillé, la situation sanitaire du pays est bonne. L’eau est potable en principe mais souvent la population la fait bouillir pour ne prendre aucun risque, les canalisations sont vieilles.
 
RESTAURANTS
Il existe des restaurants publics à prix très raisonnable et des "Paladars" restaurants privés, souvent plus chers.
 
Un exemple,
La Roca : Calle 21 esq. a M, Vedado. Ciudad de La Habana. On peut trouver un repas complet à partir de 5CUC.
 
Dans le « Barrio Chino » (Quartier Chinois)  près du capitole on peut manger à petit prix. Ce n’est pas de la haute cuisine mais c’est bon et copieux. Où qu’on aille, la nourriture est peu variée et s’adapte à ce que le pays produit  (pas de fruits et légumes hors ceux de saison), beaucoup de riz (Cuba en cultive mais en importe aussi du Vietnam et de Chine), des pommes de terre lorsque la production nationale arrive. Les cubains choisissent leur menu en fonction de ce qu’on trouve sur le marché.
 

DOCUMENTS
 Passeport en cours de validité (valable 6 mois minimum après la date de retour).
Le visa est remplacé par la carte touristique sur feuille volante , (la douane ne met pas de cachet dans le passeport pour vous éviter des problèmes si vous voyagez après aux Etats-Unis) délivrée soit par l’agence de voyage soit par l’ambassade. Les enfants âgés de plus de 12 ans ont besoin d'un passeport indépendant.
 
Assurance  voyage (NOUVEAU) A partir du 1er mai 2010, la présentation d’une assurance médicale en voyage à l’arrivée à Cuba est obligatoire. Des assurances médicales en voyage vendues par des compagnies américaines ou par des compagnies qui effectuent le règlement financier d’un dossier via une représentation située aux Etats-Unis ne sont pas acceptées. Veuillez vérifier si l'assurance fournie par votre mutualité couvre suffisamment les risques liés à votre destination et mode de voyage. Tenez compte du fait que cette assurance échoit après un séjour de 3 mois. Une assurance de voyage adaptée avec une couverture des risques complète est absolument indispensable (assistance judiciaire, soins médicaux et rapatriement). Il est également bon de vérifier si cette compagnie a conclu un accord de coopération avec la compagnie cubaine Asistur ; en l’absence d’un tel accord, la prestation de services par Asistur pourrait encourir un certain délai.
 
CARTE DE CRÉDIT :
La carte Visa fonctionne si elle est délivrée par certaines banques , il faut vous renseigner auprès de votre banque, là aussi le blocus reste très présent, attention pas l’American Express, AUCUNE carte de crédit américaine ni AUCUNE banque américaine.
 
ATTENTION : je connais quelqu’un qui a payé le voyage de plusieurs personnes à la compagnie « Cubana de Aviación » via une carte « american express », il a perdu l’argent, (confisqué par la banque américaine pour motif de blocus). Il n’a jamais récupéré un centime et il n’est pas le seul dans ce cas.
Donc, avec une carte ou une banque américaine, aucun paiement à Cuba vers Cuba ni ayant Cuba comme mention sur le virement,  Soyez attentifs.
De même si vous faites un versement bancaire même entre deux pays tiers, par des banques même européennes, par exemple Belgique/Luxembourg, ne mentionnez jamais le mot Cuba nulle part, le versement ne se fera pas, ça nous est arrivé, pas de versement mais ils gardent quand même les frais.
 
Ne pas prendre de dollars pour partir, une taxe supplémentaire est prélevée sur les dollars, Cuba préfère obtenir des euros car ils ne peuvent pas payer en dollars sur le marché international à cause du blocus, et oui, encore et toujours ce fameux blocus qui empoisonne la vie du pays.
 
Très peu de distributeurs de billets. On  peut changer de l’argent dans les hôtels même si on n’y est pas logé ou dans les banques.

 

Quand au change CUC/Peso Cubain, on peut le faire dans des kiosques de change qu'on trouve un peu partout dans la ville. (Changer peu à la fois, pour le touriste novice la plupart des dépenses se font en CUC)

----------

Ne roulez pas comme des fous, les autoroutes sont larges et la circulation est fluide, mais on peut y rencontrer un boeuf tirant un attelage, des cyclistes, des piétons, un rail .... vous êtes en vacances pas sur un circuit de formule 1 et sachez qu'en cas d'accident avec blessé vous ne pourrez pas quitter le pays avant la tenue d'un procès qui établisse les responsabilités.

D'autres faits qui entraînent des peines de prison très sévères sont les délits liés à la drogue et aux détournements de mineurs.

 

 

 

Décalage horaire
Avec l'Europe : 6 heures
 
Climat
Climat subtropical, continuellement agréable, où l’on distingue deux saisons :
- humide de juin à octobre avec une température moyenne de 30°C
- sèche de novembre à mai, où les températures varient de 18 à 26°C.
La mer est chaude en permanence, (moyenne 22-24 °C).
Attention : la saison des cyclones se situe entre août et fin novembre
 
Electricité
110 volts ( 220 volts dans certains hôtels ). Fiches plates américaines. Prévoyez un adaptateur.
 
Monnaie
Il existe 2 monnaies cubaines : le CUC, peso cubain convertible qui a plus ou moins la même valeur que le dollar, et le peso cubain non convertible qui sert dans certains restaurants, dans les bus urbains, les cinémas ou pour acheter la nourriture dans les marchés "agropecuarios" ou encore dans les magasins en peso cubain. (Les marchandises importées sont en CUC (convertible) et les produits Cubains en peso Cubain) Un système compliqué pour celui qui n’y est pas habitué.
 
Internet
Tout le monde peut se connecter dans les hôtels (cubains comme étrangers) ou dans les salles Internet. Le prix est élevé. L’accès est très lent, Cuba n’a pas accès à Internet par fibre optique, une autre conséquence du blocus. La bande passante est étroite. Il faut beaucoup de patience. Dernière minute : La fibre optique vient d'arriver à Cuba à partir du Venezuela, la situation est en voie de s'améliorer, des salles Internet ont été ouvertes à La Havane et en province)
 
LES BELLES RÉGIONS
PINAR DEL RIO, plus particulièrement Viñales  c'est une des régions où se cultive le fameux tabac cubain.
 
la région de l'ESCAMBRAY, Cienfuegos, Trinidad Santi Spiritu. Dans cette région, le barrage de Hanabanilla, un endroit magnifique pour passer un moment de tranquillité et de repos. L'hôtel est bien,  22 CUC pour deux personnes petit déjeuner compris. Très peu de touristes, une fréquentation nationale.   
 
HOLGUÍN et la petite ville de pêcheurs de Gibara,   siège du Festival du Cinéma à petit budget.
 
SANTIAGO DE CUBA et la casa de la Trova pour les amateurs de musique populaire.
 
BARACOA  sur la côte Est, en face d’Haïti. Dans cette région il y a quelques belles rivières.  Une très belle nature et la ville où vivent encore quelques descendants des populations indigènes décimées par la colonisation.
 
GUANTANAMO se trouve sur la route de Baracoa,  une petite ville d’Oriente pas très particulière sinon que à la sortie de la ville se trouve l’entrée de la fameuse base de Guantánamo, territoire cubain occupé par les Etats-Unis où se trouvent toujours les fameux prisonniers tenus au secret sans jugement par le gouvernement américain.
 
 
QUELQUES INFORMATIONS CULTURELLES
Museo de Bellas Artes
Tejadillo (près de l’hôtel Sevilla et du Paseo de Prado)
Entrée : 5 $CU.
 
Museo Nacional de Bellas Artes
Calle Trocadero e/ Zulueta y Monserrate.
La Habana Vieja
 
Le théâtre National Garcia Lorca
Ballet, théâtre concerts …
(A côté du Capitolio)
¦Dirección: Paseo de Martí 458, esquina a San Rafael, Havana, 10600
¦Teléfono: +53 7 61 3078
 
Théâtre Amadeo Roldan
Edificio N, Calle N, entre 23 y 21, Vedado, La Habana,
 
Convento de San Francisco de Asis
(Habana vieja) Plaza San Francisco
Concerts classiques
 
Musée de la révolution
Avenue de las Misiones, Havana,
Les différents mouvements de libération à Cuba et la révolution de 1959.
Prix: Adultes: 4.00 CUC
 
Museo de Arte Colonial‎
La Habana Vieja, San Ignacio, La Habana, Cuba
 
Museo Napoleonico
‎Calle San Miguel No.1 159 esq. Ronda, Vedado, Près de l’Université)
 
Cabaret Tropicana,
Spectacles de danse orchestres, le prix est très élevé : plus ou moins   70 à 90 CUC

La Colmenita (si vous voyagez avec des enfants et même pour les adultes)
Adorable théâtre d'enfants qui se trouve dans le bâtiment du "Convento San Francisco de Asis, à la Habana vieja.

On peut se procurer un programme des activités culturelle de l'île dans les hôtels, ça s'appelle "la cartelera"

Bon voyage

 

Pages suivantes:

HAÏTI : DOSSIER DE PRESSE

GALERIE DE PHOTOS / GALERIA DE FOTOS

EncycloDOCU / DOCUMENTAIRES POUR COMPRENDRE LE MONDE

PROJECTIONS PRÉVUES - PROYECCIONES EN EL FUTURO

LES DOCUMENTAIRES - LOS DOCUMENTALES

INTERVIEWS / COURTS METRAGES - ENTREVISTAS

CURRICULUM DES PROJECTIONS 1 / DE LAS PROYECCIONES 1

CURRICULUM DES PROJECTIONS 2 / DE LAS PROYECCIONES 2

LA REALISATRICE - LA REALIZADORA / FESTIVALES - PARTICIPATION AUX FESTIVALS

Partager cet article

Repost 0
Published by medialibrecine - dans VOYAGER A CUBA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Medialibrecine vision Sud/Nord - Mirada Sur/Norte
  • Medialibrecine vision Sud/Nord - Mirada Sur/Norte
  • : Films documentaires : Dans un monde où "l'information est devenue publicité politique, notre cinéma se propose de donner la parole aux inaudibles, aux invisibles. ....... Documentales : En este mundo donde la "información" se ha vuelto publicidad política nuestro cine se propone dar la palabra a los invisibles a los inaudibles.
  • Contact

CONTACT

medialibrecine@gmail.com


Sites vidéo

Youtube:   link

Vimeo :      link

Dailymotion:   link

Medialibrecine :    link

Habana skynetbloglink

 

Recherche

Archives