Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 12:55

 

3 décembre 2015

LE FESTIVAL DU NOUVEAU CINEMA LATINO AMERICAIN COMMENCE AUJOURD'HUI

"Cubadebate"

C'est avec la projection du film "The Clan", de Pablo Trapero que s'ouvre jeudi le Festival International de Nouveau cinéma d'Amérique latine de La Havane qui cette année encore ouvrira sur un film argentin.

 

Au cours de la cérémonie d'ouverture du festival de La Havane, Geraldine Chaplin recevra le Prix Coral 2014 pour la meilleure performance féminine dans un rôle de premier plan, dans le film "Dollars de sable" une co-production entre la République dominicaine, l'Argentine et le Mexique.

 

La chanteuse américaine, fille de Charlies Chaplin, participera au Festival comme présidente du jury des longs métrages.

 

Durant cette 37e édition seront présentés 444 films, dont 341 sont latino américains.

 

Participent au concours 23 long métrages de fiction, 22 courts métrages, 21 premiers films, 36 documentaires, 33 dessins animés, 24 scripts d'animation inédits et 24 affiches.

Selon le directeur du festival Ivan Giroud, le Festival a reçu plus de 1500 matériaux et "la sélection a été difficile ce qui nous a  nous obligé à repenser certains concepts.

 

Depuis 1979, La Havane offre un paysage cinématographique au cours du dernier mois de l'année et attire des visiteurs de toute l'île, et du monde entier.

 

A cette occasion, le festival fera un hommage au 30e anniversaire de la Fondation du Nouveau Cinéma latino-américain, né de l'insomnie de grands comme l'écrivain Gabriel García Márquez, l'infatigable intellectuel Alfredo Guevara et le documentariste Santiago Alvarez.

 

Traduit et résumé de "Cubadebate"

 

 

 

2 décembre 2015

CUBA ET INTERNET 

 

Le New York Times parle d' Internet à Cuba: déconnecté de la réalité  

de Sergio Alejandro Gómez

 

L'influent journal américain The New York Times, qui avait publié une intéressante série d'éditoriaux sur Cuba, a coupé la série lundi avec un texte sur l'avenir de l'accès à Internet dans l'île complètement "déconnectée" de la réalité.

Le même conseil de rédaction qui avait signé avant le 17 Décembre (2014), une série d'articles, un démontage du dernier demi-siècle d'échecs de la politique d'agression de la Maison Blanche surprend maintenant par la légèreté de l'analyse d'un problème qui comporte plusieurs téraoctets de l'histoire.

Le journal New-yorkais essaye d'effacer les décennies durant lesquelles un appel de La Havane à Miami devait voyager à l'autre bout du monde et où Cuba avait l'interdiction de se connecter aux câbles de fibre optique proches de ses côtes. Des années pendants lesquelles la très coûteuse connexion satellite dont dépendaient toutes les universités et centres de recherche du pays était équivalente à celle de n'importe quelle école primaire de l'Amérique du nord.
Pour le New York Times c'est de l'histoire ancienne si finalement Sprint fait du roaming à La Havane.

-"Les dirigeants cubains disent que le déplorable état de l'infrastructure des télécommunications de l'île est du à l'embargo des Etats-Unis. Ils n'ont plus cette excuse" disent-ils, et pour souligner leur thèse ils rappellent que les dernières mesures de Obama sont particulièrement (on pourrait dire soupçonneusement) larges dans ce domaine.

Même comme justification, ce n'est pas rien d'être bloqué par la principale puissance technologique du monde et de n'avoir pas le droit d'acquérir de produits constitués de plus de 10% "Made in USA". Mais dans ce nouveau gel entre les deux pays mieux vaut éviter les arguments éculés.

Parmi les solutions de sauvetage de ces temps nouveaux, le journal mentionne la fameuse offre de Google qui propose de monter toutes les infrastructures de communications que le pays a besoin en un tournemain.

"La société pourrait faciliter la connexion d'un câble sous-marin supplémentaire, ce qui augmenterait sensiblement la vitesse des connexions. Elle a également la possibilité de développer un système de distribution qui inclurait des câbles de fibres optiques, les tours de haut débit sans fil et les points d'accès Wi-Fi. L'initiative du projet "Link" de Google a considérablement amélioré la connectivité en Ouganda en quelques mois et l'entreprise est en train de développer une initiative similaire au Ghana ".

Il se peut que l'Ouganda et le Ghana dorment tranquilles, sans "Zunzuneo" pour les perturber, mais les cubains ont dû apprendre à dormir avec un oeil ouvert.

Les Etats-Unis continent à dépenser des millions de dollars pour déstabiliser Cuba en utilisant les nouvelles technologies et même si les garçons de Mountain View ont les meilleurs intentions on y pensera deux fois avant de mettre l'infrastructure stratégique dans les mains d'une société qui répond aux lois de Washington. Surtout après ce que nous a dit Snowden.
Pour ne citer qu'un exemple, le plus grand fabricant d'équipements de télécommunications du monde, Huawei, a l'interdiction de participer aux appels d'offre aux Etats-Unis, car le Pentagone craint que les chinois ne placent des "portes arrières" afin d'accéder à des informations vitale sur le plan économique et politique. Ils auront leurs raisons.

-"Bien sûr, Cuba pourrait décider de travailler avec des entreprises technologiques d'autres pays comme l'a fait Myanmar lorsqu'il a ouvert son système politique en 2013" reconnait-il.
Supposons que la comparaison n'est pas une offense pour rappeler que Etecsa, le monopole des télécommunications, a travaillé avec des entreprises étrangères dans le passé et personne n'écarte la possibilité que cela se reproduise.

Mais il ne faut pas chercher tant de complications. Pour le journal Etats-unien la clé de tout ça est que -"à l'intérieur de l'opaque classe dirigeante de Cuba il existe des divergences entre les conservateurs qui craignent que l'expansion de l'accès à Internet ne renforce les mouvements de dissidence et les progressistes qui pensent que le développement du secteur de la technologie est indispensable pour sauver l'économie".

La classe dirigeante est peut-être opaque, mais tout semble indiquer que l'on voit très clair depuis les bureaux de New York.

Même en supposant que les arguments du premier Vice président cubain, Miguel Diaz-Canel, durant l'atelier national sur l'informatisation et de la cyber sécurité, ne reflètent que son opinion personnelle et non celle du Bureau Politique dont il fait partie sur l'importance d'Internet dans la société il faut se demander qui aide le New York Times avec cette attitude

En politisant la question de l'accès à Internet et en l'incluant dans l'agenda des transformations que Washington aimerait voir à Cuba, il ne fait que donner des arguments à ceux qui pourraient faire une évaluation de la question axée sur la sécurité nationale (même si le développement économique à partir d'Internet est aussi une question stratégique) plutôt que sur la satisfaction d'un droit du civil.
C'est aussi préoccupant, car cela vient d'un journal qui a montré des compétences prémonitoires dans les changements de politique de l'administration actuelle pour l'île.
Il y a déjà suffisamment de problèmes pour combler le fossé technologique qui sépare Cuba des autres nations de la région et libérer le capital humain formé par la révolution.

Et si le New York Times est si préoccupé par l'accès à Internet de l'île pourquoi ne propose t'il pas à la Maison Blanche d'accorder un prêt de millions de dollars. Les autorités cubaines pourraient alors acquérir avec cet argent les équipements qu'elles considèrent opportuns à leurs projets de développement.

Là il n'y aurait vraiment plus d'excuse.

Sergio Alejandro Gómez
Journaliste cubain.

Partager cet article

Repost 0
Published by medialibrecine - dans Haïti
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Medialibrecine vision Sud/Nord - Mirada Sur/Norte
  • Medialibrecine vision Sud/Nord - Mirada Sur/Norte
  • : Films documentaires : Dans un monde où "l'information est devenue publicité politique, notre cinéma se propose de donner la parole aux inaudibles, aux invisibles. ....... Documentales : En este mundo donde la "información" se ha vuelto publicidad política nuestro cine se propone dar la palabra a los invisibles a los inaudibles.
  • Contact

CONTACT

medialibrecine@gmail.com


Sites vidéo

Youtube:   link

Vimeo :      link

Dailymotion:   link

Medialibrecine :    link

Habana skynetbloglink

 

Recherche

Archives